Review : Pix the cat

Allez, encore une petite review et on repasse à un petit dossier. Et cette fois ci, ce n'est pas GeckoEssence qui s'en est chargé mais l'aimable FoxFiesta - jetez donc un oeil à sa chaîne Youtube - puisqu'on m'a offert le jeu mais... Que je n'avais pas la console pour y jouer. Avouez que c'est dommage.

Notez toutefois que le jeu n'a été testé que sur PSVita. Et oui, que voulez vous, on ne peut pas tous avoir une PS4 à disposition...




Loading screen of the death

Le premier constat qui est fait, c'est que les chargements sont très longs, en tout cas sur Vita. 20 secondes sont nécessaires pour revenir au menu (obligé pour consulter ses objectifs). Pour un jeu 2D, ça fait un drôle d'effet.

Des couleurs. Trop de couleurs.
En dehors de ça, le jeu propose trois modes de jeu qu'on obtient progressivement :

- Le mode de jeu normal, le plus intéressant. C'est un peu un mix de Pacman et Snake : on ramasse des oeufs, ce qui fait apparaitre des poussins derrière nous (suivant le principe du Snake) de plus en plus profond, au début cela semble uniquement esthétique, mais cela prend du sens lorsque qu'on doit remonter puis redescendre pour optimiser sa trajectoire. Le tout est assez complexe, car il n'est pas simple de réfléchir à sa trajectoire tout en jouant ; de plus le jeu s'accélère lorsqu'on fait des combos. La partie se finit après un certain temps, et ce qui restera de notre progression sera un score. Je ne connais pas exactement le nombre de niveaux disponibles, mais ce système offre une bonne replay value avec les différents objectifs à accomplir pour finir les niveaux à 100 %.

- Un mode ou l'on n'a pas de contrainte de temps, mais où ce sont simplement des puzzles que l'on doit essayer de finir en le moins de mouvements possibles. On ne s'arrête que quand on touche un mur. Ca ressemble beaucoup à Quell sur smartphone, mais avec la mécanique de la queue qui se rallonge et des cibles.
Félix, c'est toi ?

- Et, enfin, un mode au style graphique très sympa (noir et blanc), dans lequel on retrouve le gameplay normal, mais où les challenges sont à réussir avec une contrainte de temps en plus.


Depuis le menu principal, on peut accéder à la grille de nos objectifs : pour chaque niveau, on a des challenges comme par exemple atteindre un certain score ou faire tant de perfect à la suite. Certains objectifs permettent de débloquer des niveaux, les deux autres modes de jeu, de nouvelles voix (les annonceurs de perfect, combo, etc), et des petits trucs comme la possibilité de voir ses meilleurs fantômes et ceux de ses amis durant nos parties.


On ne peut pas tout contrôler
Point assez gênant : le jeu n'est pas très agréable à contrôler sur PSVita : ni la croix directionelle, ni le stick ne permettent un bon confort de jeu. Je suppose que c'est mieux pensé pour les consoles de salon, mais je n'ai pas pu tester. En tout cas, ça fait un peu mal aux doigts, et surtout c'est beaucoup moins maniable que si on avait, par exemple, un clavier. Là comme c'est dur de changer de direction rapidement avec la croix, il nous arrive de faire des erreurs à cause du contrôleur. Et c'est rageant, parce que les erreurs sont souvent fatales dans ce jeu. C'est d'autant plus rageant que dans le deuxième niveau normal, pour atteindre les derniers objectifs, on nous demande d'être quasi irréprochable. Je n'ai donc pas réussi à tout débloquer pour le 2ème niveau. Rien de très gênant, mais c'est assez ragent de voir ça au début du jeu.
Adieu mes yeux
Au final, le jeu est assez sympa mais je ne suis pas tellement emballé. J'aurais préféré qu'il y ait davantage de niveaux normaux, mais qu'ils soient moins exigeants (c'est vraiment pas simple à contrôler sur PSVita). Je suis pas très intéressé par le deuxième mode de jeu en puzzle : si je veux jouer à ça, je prends Quell qui est gratuit sur smartphone, mais dans Pix the Cat je préfère avoir de l'action. On passe beaucoup de temps sur le jeu parce qu'il est exigeant mais au final j'ai pas l'impression que le contenu soit conséquent (même si comme je l'ai dit j'ai pas tout débloqué).



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

All your comments are belong to us