Review : Proteus

Certains disent que c'est une oeuvre d'art, d'autre une bouse infâme. Et entre deux, il y en a des comme moi, qui ne vont pas encenser le jeu, mais plutôt regarder ses qualités et ses défauts afin d'en tirer une expérience assez positive au final. Proteus, c'est le genre de jeux qu'on range facilement dans la case des trucs-étranges-qui-ne-veulent-rien-dire, un peu comme Journey, Flower, ou Minecraft. Et pourtant, il y a beaucoup à apprendre d'un jeu qui certes n'est pas exempt de défauts, mais qui fait l'effort de sortir un peu des sentiers battus.






LOST, les retrouvailles... Ou pas


Tout commence près d'un île, où votre personnage semble se réveiller. Disposant d'une caméra à la première personne, Proteus vous plonge dès les premières secondes dans son ambiance calme et posée, avec une musique qui va crescendo dès lors que vous vous approchez de ladite île. Ici, pas d'interaction via des boutons, mais plutôt de la contemplation. En effet, vous pouvez simplement vous déplacer, vous asseoir et regarder autour de vous.

Le Mexique, en plus verdoyant

C'est d'ailleurs en avançant que vous pourrez profiter des décors colorés générés aléatoirement - bien que certains éléments soient récurrents, au même titre que les biomes de Minecraft - et tester la réaction de l'environnement face à vos mouvements. Des fleurs qui chantent, un renard qui vous épie, des musiques étranges... Rien ne vous est indiqué, tout est à découvrir.



Sans acides gras ni couleurs saturées


C'est certainement la plus grand qualité mais aussi le défaut majeur de ce jeu. D'un côté, si vous cherchez un jeu respectant les standards actuels en matière d'interaction, vous allez vous sentir frustré de ne pas savoir quoi faire, puisque tout se fait de manière empirique. De l'autre, il est extrêmement plaisant de se balader dans ces environnements colorés et de tester tout ce qu'on peut dans la mesure des limites qui nous sont imposées.

Avions Simulator 1995


Enfin, l'esthétique minimaliste du jeu pourra en rebuter plus d'un, et pourtant je trouve que le fait d'avoir des paysages aussi épurés permet au joueur de ne pas s'attarder sur les petits détails et juste sur la poésie qui se dégage du jeu en lui même.









Proteus (Genre inconnu)  
  • Joueur(s) : 1
  • Supports : PS3, PS VITA, PC (Mac OS X, Windows, Ubuntu)
  • Prix : 10 €
  • Date de sortie : 30 janvier 2013

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

All your comments are belong to us