Review : No More Heroes 2 - Desperate Struggle (Version non censurée)

Me croirez vous si je vous dis que la Wii, console de Nintendo, possède des jeux qui non seulement sont plutôt bons, mais qui en plus s'adressent uniquement à un public adulte ? C'est pourtant le cas, et No More Heroes est là pour en rajouter une couche, quelques temps après la sortie de Madworld sur l'avant dernière console de salon de Big N. Amateurs de lingerie et de décapitation, préparez vous à un jeu qui envoie sévère, comme disent les jeunes.




Ca va couper chérie


Ayant déjà touché de très près à l'univers de Suda 51 avec des jeux comme Lollipop Chainsaw ou Shadow of the damned, j'étais plus ou moins préparé à la folie furieuse et à la quantité dantesque d'hémoglobine pouvant être versée dans ce titre. Par contre, pour une personne découvrant son style pour la première fois, le choc est autant violent que jouissif, les 20 premières minutes de jeu nous offrant un combat tutoriel empli de violence gratuite, le tout couplé à la présentation rapide d'un héros peu amical mais assez fou pour nous donner envie de jouer avec lui.


La console étant moins puissante que ses cousines lointaines PS3 et Xbox 360, le choix du cel-shading
 comme style graphique se trouve probablement être le meilleur, et celui qui correspond le plus à ce à quoi les studios Grasshoper nous servent habituellement. Si le jeu peut subir quelques ralentissements lors des cinématiques in game, les graphismes sont propres et léchés, avec des textures qui feraient honneur à un Comix Zone en version haut définition.

En dehors de la violence graphique du jeu, sublimée par un choix de couleurs pop du plus bel effet, il faut compter une bonne part de sexualité dans ce jeu. Entre les allusions plus ou moins évidentes, les femmes avec soutien-gorge apparent ou encore le sabre de Travis Touchdown - le héros - prenant rapidement une symbolique phallique - Shadow of the damned et le passage "Big Boner" le reprenant de manière encore plus évidente -, le jeu se destine clairement à un public adulte.

Rajoutons à tout cela des personnages aux caractères exacerbés comme le gérant gay de la salle de sport en tenue rose fluo, la mécano et ses nerfs à fleur de peau - couplée à son impressionnante capacité pulmonaire qui ne vous laissera pas de marbre - ou bien les différents boss du jeu, tous plus fous les uns que les autres et vous avez tous les ingrédients vous montrant que, quand Suda 51 fait un jeu complètement barré, il ne le fait pas à moitié.


Secoue moi le nunchuk


Concernant le côté gameplay, il faut avouer que le jeu est assez simple à comprendre et à manipuler. Et pour une fois, ça fait du bien de voir un jeu Wii utiliser juste comme il faut les fonctions de détection de mouvements. Il suffit simplement de lever ou baisser la manette de Wii selon l'endroit où vous souhaitez asséner votre coup, tout en appuyant sur la touche correspondante au coup souhaité. Votre arme étant un sabre électrique, il faudra aussi penser à le recharger régulièrement en secouant la manette de haut en bas, ce qui peut s'avérer un peu difficile lors des combats contre les boss mais reste une idée intéressante.

La plupart des combats se déroulent de manière simple, les ennemis de base n'étant pas spécialement intelligents - et par conséquent prévisibles - et les touches à appuyer se limitant à faire un choix entre frapper avec ses poings ou avec son sabre. Lorsque vous tuez un ennemi, vous avez droit à un finish move du plus bel effet qui vous demandera de bouger les manettes dans un sens ou dans l'autre, ce qui dynamise grandement les combats, et pourra accessoirement vous muscler les bras.

"La vache, la moquette est super belle !"

Bug Out, la parodie de
chasse aux fantômes
Au cas où l'ennui vous guetterai, vous avez la possibilité de participer à une dizaine de mini jeux entre chaque mission. La plupart vous permettent de gagner de l'argent et permettent un coupure sympathique entre deux découpage d'humains. Le style volontairement rétro de chacun de ces jeux vous rappellera sans doute vos heures passées sur Super Nintendo ou GameBoy. Mon préféré est sans aucun doute Bug Out, puisqu'il reprend les mécaniques d'un vieux jeu à licence, j'ai nommé Ghostbusters - cf image ci-contre -.


Mention spéciale aussi à la bande-son, mélangeant le rock avec quelques extraits de J-Pop nerveuse, voire même quelques sons chiptunes lors des mini jeux qui vous donneront envie de secouer votre manette en tous sens afin de trancher dans le vif. Bref, pas de reproche à faire d ce côté là, c'est varié et bien trouvé.

Le seul défaut du jeu réside dans sa difficulté. Dès le début, le joueur a le choix entre jouer Sucré ou Salé - comprenez Facile ou Difficile - et, au final, le mode Salé est assez simple. Ce n'est vraiment que vers les derniers ennemis que la difficulté se fait ressentir, avec des boss aux attaques complexes et plutôt difficile à prévoir longtemps en avance.

Au final, le jeu s'avère être un bon défouloir, et si sa durée de vie est assez courte - comptez 8 à 10 heures maximum pour le terminer -, il y a de quoi passer un bon moment. Et vu le prix qu'il coûte aujourd'hui, il serait dommage de s'en priver.



No More Heroes 2 - Desperate Struggle (Action - Beat'em all)  
  • Joueur : 1 
  • Supports : Wii
  • Prix : environ 10 €
  • Année de sortie : 2010


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

All your comments are belong to us