Analyse : Love Exposure / Ai no mukidashi (愛のむきだし)

Sion Sono fait partie de ces réalisateurs asiatiques qui arrivent à s'importer en France malgré une vision du cinéma peu commune en Occident. Si seulement quelques uns de ses films ont réussi à arriver chez nous en version sous-titrée comme Cold Fish ou Guilty Of Romance, ils ne sont pas forcément tous connus du grand public. Siono lui-même disait dans une interview qu'il préférait savoir ses films piratés, ce qui permettait aux gens souhaitant le découvrir de ne pas attendre parfois plusieurs années avant de découvrir son travail. Le film dont je vais vous parler aujourd'hui sort prochainement en DVD et Blu-Ray et fait partie de ces films à voir avant de mourir. Non seulement parce qu'il y a là un excellente critique de la société et du fanatisme religieux, mais aussi parce que parler de Sion Sono en soirée, ça fait classe. Juré craché.






Santa Maria


Sion Sono est un réalisateur controversé. Si ses oeuvres semblent à première vue donner dans la violence tant visuelle que physique et psychique, une lecture plus approfondie de ses films met en exergue une volonté pour le spectateur d'être amené à la réflexion sur un ou plusieurs sujets.

De l'inceste traumatisant de Strange Circus à la figure de la femme dans Guilty of Romance en passant par l'après Fukushima d'Himizu, Sono est capable d'amener ses spectateurs à voir et à penser ses oeuvres comme autant de questions auxquelles la réponse semble ne jamais être évidente.

C'est à travers le regard d'un adolescent pur et innocent que le réalisateur choisit de nous montrer les dérives du fanatisme religieux ainsi que celles inhérente à la société japonaise actuelle. Si le film date de 2008, son propos est et reste toujours d'actualité et c'est avec un humour maîtrisé que Sion Sono nous dresse un portrait somme toute peu banal d'une société en crise.

Affiche du film


Durant plus de 2 heures, nous sommes donc tenus en haleine par un film nous faisant à la fois pleurer de joie, de rire ou encore nous laissant totalement abasourdis par le côté absurde de la plupart des situations. Certaines scènes sont même capables de nous fournir un mélange d'émotions assez surprenant, notamment lors des confessions du jeune Yu à son père, persuadé de faire plaisir à ce dernier en accumulant les vices et en s'engouffrant de plus en plus loin dans le pêché.


Petites culottes et crise sociétale


Sion Sono qui fait coucou
Si l'humour et un ressort souvent employé dès lors que l'idée de critique satyrique se présente, il est ici un véritable moteur de la narration et ne sert pas simplement de prétexte pour éviter au spectateur de s'ennuyer. Aucune situation un tant soit peu comique n'est amenée de manière forcée, et tout en riant des aventures du jeune Yu et de sa bande, vous vous surprendrez à analyser et chercher les messages plus ou moins cachés de certaines séquences.

Narration qui, d'ailleurs, semble découpée très étrangement. Ne serait ce que concernant le chapitrage aléatoire du film, qui semble complètement oublié par le réalisateur sur la fin avec des segments de taille extrêmement inégale. Mais c'est ce qu'on aime chez Sono, cette espère de nonchalance avec un pointe d'immaturité largement excusée par la qualité de ses travaux.

Revenons à nos moutons et passons à la bande-son du film. S'i ln'y a qu'un seul thème à retenir, c'est bien le Boléro de Ravel utilisé de manière régulière dans le film. Le tout sans retouche, sans ajout d'aucune sorte, la musique se suffisant à elle-même. Et qui l'eut cru, elle se marie très bien avec les scènes auxquelles elle est associé. Oui, je tenais à faire un jeu de mot avant la fin.

Au bout du compte, Love Exposure fait partie des films que vous devez voir à tout prix pour deux raisons. Premièrement, Sion Sono fait partie des rares réalisateurs asiatiques capable de vous faire apprécier les atrocités de certaines histoires. Deuxièmement, parce qu'il y a vraiment matière à réfléchir avec un flm comme celui ci et qu'il est accessible à tous et à toutes, cinéphiles ou non. Troisièmement, parce qu'il sort bientôt en DVD.





Love Exposure / Ai no mukidashi
  • Année : 2008 -  2013 en DVD (Europe)
  • Durée : 3 h 57 min
  • Réalisé par : Sion Sono
  • Acteurs : Makiko Watanabe, Itsi Itao, Takahiro Nishijima
  • Genre : Drame, Comédie

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

All your comments are belong to us