Analyse : Baby Driver

J'ai toujours du mal à dire quel est mon cinéaste préféré. Mis il y en a un dont l'humour, le montage, la direction artistique et les films me fascinent et me plaisent à coup sûr, c'est Edgar Wright. Mais si, vous savez, le type qui a fait Shaun Of The Dead, Scott Pilgrim VS The World, Hot Fuzz et le clip Blue Song de Mint Royale. Et ben l'année dernière, il a sorti un nouveau film, qui est clairement l'un des films de l'année pour moi. On va parler de Baby Driver.






Do ré mi fa sol lol

On démarre en trombe en nous présentant Baby, un jeune conducteur de voiture d'une vingtaine d'années et fan apparent de musique. Dont le job consiste à conduire des braqueurs sur le lieu de leur crime, puis de semer les autorités en véhicule par la suite. Si les motivations du personnage nous sont rapidement expliquées, je n'en dirai pas plus afin de ne pas spoiler les personnes l'ayant raté. Ce qui nous intéresse ici, c'est la musique.
J'te laisse deviner lequel est Baby


Les plans sont pensés pour elle (comme un des plans d'introduction où les paroles de la chansons sont tagguées sur les murs le long du trajet), les gunfights sont rythmés par les grosses caisses et les basses, ce qui donne une dynamique singulière et unique à ces moments que l'on voit rarement présentés ainsi au cinéma. Quand on connaît le passé d'Edgar Wright quand à la réalisation de clips, on comprend mieux ce choix peu commun.

C'est kiki ? C'est Gifi !

Ça fuse, ça pète, c'est dynamique, bref : on aime ça. Mais que serai un film sans ses personnages ? Sans tomber dans le cliché des loubards en manque d'affection, Edgar Wright nous offre ici une clique que l'on saura apprécier malgré des retournements de situations assez bateau. Qui l'eu cru, un méchant qui était gentil à la base, ça se fait encore en 2017. M'enfin, le tout est compensé par la relation de Baby avec un vieillard sourd et attendrissant, qui jouera un petit rôle dans la prise de conscience de Baby quand à ses choix de vie.

Le reste du casting est plus que correct, avec Kevin Spacey, Jamie Foxx et Jon Bernthal, qui nous offrent des performances excellentes en tout point.

Clairement, si vous aimez les films où ça fait vroum vroum tutut et pim pam bang, vous allez a-do-rer ! Et puis merde, si vous n'aimez pas, retournez voir un Disney, ça vous fera les pieds.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire

All your comments are belong to us