Analyse : X-Men - Days of future past

Il y a maintenant 14 ans sortait le premier film X-Men. Non seulement ce film a remis les supers héros au goût du jour - il suffit de voir le nombres de personnes qui connaissent les élèves du professeur Xavier aujourd'hui -, mais il a aussi été un énorme succès commercial, rapportant pas loin de 300.000.000 de dollars au box-office.
S'ensuivirent X-Men 2, 3, Origins ainsi que First class/Le commencement, les deux derniers faisant partie de mon top personnel de déception au cinéma mais passons, parce qu'en 2014, Bryan Singer revient avec Days of the future past pour relever la catastrophe de Mathew Vaughn.
Si tu lis ce blog Mathew, sache que tout cela n'a rien de personnel.






Retour vers le futur du subjonctif


Histoire de situer le film dans la chronologie, il se situe après les événements de X-Men 3, mais on y retrouve aussi les personnages de X-Men : Le commencement. Et oui, les voyages temporels ne sont pas réservés qu'aux autres !

Cerebro apprend à écrire
sur les visages
Concernant l'histoire, on suit les grandes lignes déjà posées par Marvel dans les comics, avec les mutants poursuivis à travers le monde afin d'être fait prisonniers ou tués. Des robots humanoïdes appelés les Sentinelles ont le devoir de traquer tous les mutants et sont optimisés pour être pratiquement indestructibles. Du coup, on peut dire que la vie est dure pour les anciens élèves et disciples du professeur Xavier et de Magneto. C'est en envoyant Wolverine dans le passé grâce à Kitty qui a gagné un pouvoir de plus qu'ils espèrent changer le cours du temps.

Et c'est là que réside principalement le charme de ce film. Expliquant clairement que deux lignes de temps vont se dérouler en même temps, le spectateur est amené à suivre les péripéties de Wolverine tout en croisant les doigts pour que les mutants du futur ne meurent pas.

Vroum vroum


Au niveau de la réalisation, je dois avouer que j'ai été bluffé par la sensation de réalisme qui se dégage des époques représentées, et bien qu'il y ai probablement pas mal de soucis si on s'en tient à la chronologie de chacun des mutants, l'Amérique d'après guerre est plutôt bien retranscrite. On y retrouve l'idée de menace imminente, et c'est ce sur quoi le grand méchant va jouer afin de convaincre les citoyens qu'il faut éradiquer cette menace.

L'avalanche d'effets spéciaux est plutôt spectaculaire, et je souhaiterai m'attarder sur ce qui est pour moi la meilleure scène du film. Attention, spoilers.
En vrai ses chaussures elles devraient brûler
moi je dis

Durant le film, le jeune mutant Quicksilver - pouvant se déplacer extrêmement rapidement - évite à Magneto, Xavier et Wolverine de mourir en désarmant les policiers qui les ont pris pour cible, tout en en profitant pour se balader dans la pièce. Tout la scène est faite en slow-motion à l'exception des mouvements de Quicksilver, et c'est environ 5 minutes de film devant lesquelles je suis resté bouche bée. C'est bien tourné, le nombre de détails présents est hallucinant et la situation est aussi inattendue que cocasse. Je tire mon chapeau à celui qui a eu cette idée.

Au niveau du scénario, ça ne vole pas bien haut et heureusement, l'histoire étant surtout prétexte à offrir un happy ending et une potentielle suite à une licence qui a déjà bien assez d'adaptation cinématographiques à l'heure actuelle. La meilleure chose concerne principalement le fait qu'ils ne se sont pas trop embarrassés avec de quelconques histories de paradoxe temporel, ce qui aurait ruiné le film et l'intérêt de voir à nouveau les mutants se battre pour leur liberté.

In fine, X-Men : Days of future past n'est pas un aussi bon film que le premier de la saga, mais nous rappelle qu'il est possible de faire de très bonnes adaptations malgré les coquilles qu'ont été Origins et First class.


X-Men : Days of future past
  • Année : 2014
  • Durée : 2 h 12 min
  • Réalisé par : Ryan Singer
  • Genre : Action, Science-fiction

N.B. : Mea culpa, les derniers films tirés d l'univers X-Men sont en fait First Class/Le commencement et Wolverine : Le combat de l'immortel. Veuillez me pardonner pour cette erreur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

All your comments are belong to us