Interview : Yumiko Igarashi

Elle fêtait ses 45 ans de carrière à la Japan Touch, elle a dessiné des mangas que vos parents doivent connaître si vous avez moins de 20 ans et, surtout, elle respire la joie de vivre ! Il s'agit de Yumiko Igarashi, la princesse du shōjo manga - NdT : manga a destination d'un public féminin plutôt jeune -. Et si son nom ne vous dit rien, parlez à vos parents de Candy ou de Georgie. Et si vous connaissez déjà, filez à la fin de l'article pour un moment nostalgie !

Illustration : Yumiko Igarashi - Tous droits réservés




Vous avez popularisé le shōjo non seulement au Japon, mais aussi dans le monde. Quel effet ça fait d'être considérée comme la "princesse du shōjo manga" ?

Même après tout ce temps, je ne le réalise vraiment pas ! En fait, c'est surtout en dehors du Japon que je m'en rend compte. L'impact a été plus grand en France, par exemple.


En France, vous avez eu deux gros succès qui sont Candy et Georgie Vous vous attendiez à avoir un tel succès ?

Non, pas du tout. Ça a été une grosse surprise, mais comme je l'ai dit juste avant, le succès est encore plus grand ici en France qu'au Japon !


En vrai elle rigole par moments
Assez parlé du passé, passons à l'avenir : quels sont vos futurs projets ?

Rien de particulier à vrai dire... Je travaille actuellement sur un récit se passant durant la seconde guerre mondiale au Japon, et c'est à peu près tout pour le moment.


En parlant de seconde guerre mondiale, on se rappelle encore aujourd'hui des bombes larguées à Hiroshima et Nagazaki. Récemment, le Japon a subi un autre incident lié au nucléaire : Fukushima.  Comment l'avez vous vécu ?

Si les deux événements sont effectivement lié au nucléaire, il s'agit de deux choses bien différentes. Je pense que ce genre de choses n'ont pas à avoir lieu et qu'il faudra continuer de les éviter à l'avenir.


Revenons à vos travaux. Durant votre carrière, vous avez travaillé sur beaucoup de projets - Mayme Angel, Muka Muka Paradise... -. Y en a-t-il un qui vous tient particulièrement à cœur ? Et si vous deviez citer un auteur qui vous a particulièrement inspiré, qui serait il ?
Yumiko Igarashi tient compagnie
à l'affiche de la Japan Touch

Haha, je m'en rappelle de ces deux là ! (rires) Dans ma longue carrière, je n'ai pas de travail que je préfère, ils sont tous importants à mes yeux.
Concernant les auteurs, j'aurai deux personnes à citer. La première serait Osamu Tezuka - papa entres autres d'Astro Boy - et la deuxième serait Shotaro Ishinomori - créateur de Kamen Rider -. Leurs travaux sont assez épatants et sans eux, je ne serai pas ce que je suis aujourd'hui.


Finissons sur une petite question débat : fut un temps, les mangas avaient un très mauvaise connotation en France. Aujourd'hui, les mœurs ont changés, mais qu'en est il au Japon ?

Quand j'étais petite, la polémique était la même. Si on ramenait des mangas à l'école, le professeur les jetait sans aucune forme de procès. Aujourd'hui, ça va mieux, ce sont plutôt les smartphones qui sont jetés par la fenêtre ! (rires)



C'était un plaisir de pouvoir rencontrer cette personne, et nous avons passé un agréable moment en sa compagnie. Merci à Isabelle pour les photos et aux traducteurs qui nous ont aidé pour certaines questions un peu compliquées ! Maintenant, instant nostalgie avec le générique français de Candy !


Plus d'infos

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

All your comments are belong to us