Analyse : Les Tortues Ninja / Teenage Mutant Ninja Turtles (2012)

Certains se rappellent sûrement de la série animée de 1987 des Tortues Ninjas - Teenage Mutant Ninja Turtles en VO. Vous savez, ces tortues qui ont muté, avec leur maître rat Splinter qui leur apprend les arts martiaux et leur donne des armes afin qu'ils combattent le crime dans les rues de New-York ? Et il y avait aussi les méchants comme Shredder ou Krang qui cherchaient toujours à s'en débarrasser. Figurez vous qu'en 2012, un reboot de la série a été entamé, et qu'au final, il s'avère être plutôt réussi. Tellement réussi que je me devais de faire un article dessus !




X-Men, mais en différent


La première chose que l'on remarque, c'est la volonté de donner un coup de jeune à une série un peu vieillote, tout en gardant l'esprit originel. En effet, les tortues sont toujours issues d'une exposition à un agent mutagène, tout comme leur maître Splinter. Elles font toujours des arts martiaux, chacun possédant son arme de prédilection et seuls les prénoms sont un peu remis au goût du jour. S'il s'agit des mêmes, les terminaisons latines sont beaucoup moins usitées au profit d'un version plus "contemporaine", qui parlera certainement plus aux enfants qui découvrent la série à la télévision. Raphaello devient Raphaël, Michelangelo se transforme en Mickey et ainsi de suite.

De gauche à droite : Raphaël, Leo, Donatello et Mickey
Concernant le reste, tout est neuf ! Le côté graphique à été complètement repensé, l'ajout de la 3D étant la chose la plus remarquable. Tous les personnages sont entièrement modélisés en trois dimensions et l'animation est vraiment fluide. Les combats en deviennent plus palpitants et, surtout, plus violents. Si nous sommes loin d'une version adulte de ces Tortues Ninja, il faut admettre qu'elles n'hésitent pas à trancher dans le vif pour leurs ennemis ou même à malmener un ou deux humains par moments, et ce n'est peut-être pas plus mal.
Concernant les décors, ils sont généralement en trois dimensions, à l'exception de certains en 2D. Ce qui reste un excellent choix, l'aspect comic book de ces scènes se mariant très bien avec le design global de la série.


Godzilla junior


Splinter, en poil et en os
Les histoires des différents épisodes sont assez classiques, avec un méchant par épisode. Les tortues doivent chacun à leur tour se faire violence pour améliorer leur savoir-vivre, leurs techniques ou même leur appréhension de la vie et si généralement les messages pouvant être transmis n'ont pas une immense portée, il ne faut pas oublier que la série vise avant tout les enfants.

Si vous comprenez l'anglais, je ne peux que vous conseiller la version  originale, le doublage français étant plus qu'exécrable et ne donnant pas spécialement envie de regarder la série.

Enfin, la bande-son est plutôt anecdotique, mis à part le générique au début de chaque épisode, qui nous offre un bon remix de la version originale. 


Globalement, la série a tout de même de bons avantages avec des personnages au design épuré mais soigné, un univers bien exploité et une capacité à viser autant les enfants d'aujourd'hui que les grands enfants comme moi qui ont grandi avec la première version des tortues mutantes.



Plus d'infos

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

All your comments are belong to us